Lundi de Pentecôte : descente en funiculaire puis navigation, sous la pluie et sur le lac d’Uri. C’est une première approche historique de la naissance de la Confédération Helvétique et de Guillaume Tell, lequel ne nous quittera plus ! A partir de la chapelle, 188 marches pour monter voir et entendre le carillon des cloches que nous conclurons avec l’hymne national de la Suisse. A Isleten pour le déjeuner au au bord du lac, nous accueillons nos deux amis venus le matin…et cette fois, l’effectif est au complet : 38 AS plus Véronique. Le soleil se lève, le temps d’aller à Weggins dans notre car grand tourisme puis d’embarquer sur le bateau de ligne qui nous ramène au pied du funiculaire. Quelques-uns, randonneurs confirmés ou non, snobent le transport public et abordent les 400m de dénivelé pour rejoindre notre hôtel. Dîner face au lac et aux montagnes : nous profiterons toute la semaine de ce spectacle et nous nous habituerons à la salade mêlée, au quart de vin, aux desserts… !

Le lendemain mardi 6 juin, escapade à Lucerne à l’autre extrémité du lac. Notre effectif impose deux groupes et les performances des 2 guides locaux s’avéreront très…inégales. Mais tous commencerons par la visite du Lion de Lucerne, monumentale sculpture dans la roche,
Suisse_2017-080.JPG

pour commémorer les mercenaires suisses tombés à Paris après avoir voulu défendre le roi Louis XVI aux Tuileries. Puis traversée du célèbre pont couvert, largement détruit par un incendie en 1993 et restauré à l’identique ; les panneaux triangulaires du 17ième  relatant l’histoire du pays ont été en majorité remplacés par des copies.

Déjeuner sur un bateau, évidemment Wilhelm Tell, amarré sur la rivière Reuss. Gros coup de vent et de pluie en débarquant ! Un effort pour retraverser la rivière et visiter la collection Rosengart. Notre guide nous a fait découvrir ou redécouvrir des œuvres de Picasso et de Klee, avec une extrême sensibilité et nous avons tous apprécié et partagé sa relecture des tableaux. Une visite trop rapide, guidée par une personne très sensible qui faisait là sa dernière visite. Il n’existe qu’une verrerie en Suisse : celle d’Hergiswil que nous avons visitée au retour. La plateforme nous a permis de voir et d’apprécier le travail des souffleurs de verre, leurs conditions de travail près des fours : une longue tradition qui remonte au 19ième siècle et une détermination sans faille qui permet à la centaine d’employés de la verrerie de poursuivre l’œuvre des fondateurs au-delà des difficultés économiques. Après le dîner à l’hôtel : le son des cors des Alpes et le Jodel nous ont enchantés. Plusieurs d’entre nous, qui maîtrisaient le pincement des lèvres nécessaire pour tous les instruments à vent, ont réussi à produire quelques sons…sous nos applaudissements.

Mercredi 7 juin : nous voici repartis le long du lac d’Uri en direction de Burgien. Nous en savions déjà beaucoup sur les baillis, envoyés par les Habsbourg et qui terrorisaient la population, sur le refus de « GT » de saluer le chapeau censé représenter le bailli et la célèbre flèche transperçant la pomme placée sur la tête du fils de Guillaume. La visite du Musée Guillaume Tell était supposée reprendre, illustrer, détailler cette tranche d’histoire ; nous sortons toutefois déçus tant par la forme que par le contenu de ce qui est proposé. A oublier !….ce que nous faisons lors d’un très bon déjeuner à connotation italienne dans la __ville voisine d’Altdorf avec la statue du célèbre arbalétrier.
Suisse_2017-179.JPG
Nous sommes devenus incollables sur les 4 cantons : Uri, Schwyz, Unterwald et Lucerne. Mais l’impressionnant musée en plein air des traditions et de la ruralité suisse à Ballenberg a été pour tous un émerveillement. Le cadre de montagnes, magnifié par le soleil, rend encore plus beau cet ensemble de plus de 250 anciennes maisons, venues de toutes les régions de la Suisse, déconstruites et reconstruites à l’identique à Ballenberg.
Suisse_2017-221.JPG La visite de plusieurs maisons paysannes, avec tous les équipements de la vie quotidienne et les outils de la vie d’autrefois nous a rappelé d’où nous venons : un monde de labeur mais aussi de respect de la nature et des traditions.

Jeudi 8 juin : le grand jour est arrivé et avec lui le grand beau temps. Nous voici embarqués à Stans dans le funiculaire puis dans le Cabrio : un téléphérique unique au monde, à deux étages dont une plateforme ouverte qui nous fait vivre des sensations fortes pour nous propulser au sommet du Stanserhorn. A l’arrivée dans ce cadre absolument somptueux,
Suisse_2017-296.JPG nous empruntons le chemin qui nous emmène au sommet à 1898 m. A perte de vue des sommets, des pics enneigés et parmi eux l’Eiger, la Jungfrau, des vallées aux multiples nuances de verts : impossible de s’en détacher… puis nous passons à table pour en profiter encore sur la plateforme tournante du restaurant panoramique qui prolonge le spectacle de 45 mn tout en partageant un excellent repas ! Redescente sur terre à la station de ski d’Engelberg pour la visite du monastère bénédictin. Perché à 1000 m d’altitude, au pied du mont Titlis, voici à nouveau un endroit magique que le frère Thomas nous a fait visiter. Quel enthousiasme, quelle passion, quel témoignage de foi et d’engagement au service des autres ! Nous avons pu admirer l’église, la grande salle baroque, apprécié la dimension des bâtiments, reflet d’une époque où les vocations étaient plus nombreuses, les engagements de la communauté monastique au Cameroun mais aussi dans l’éducation dans l’établissement scolaire qui reçoit aujourd’hui 150 élèves de 14 à 20 ans. Ce soir concours d’arbalète par équipes. Il s’agit de viser le cœur de cible et pas une pomme sur une tête. Après un suspens insoutenable, c’est (évidemment ?) l’équipe Guillaume Tell qui l’a emporté…l’arbitrage leur ayant accordé généreusement une flèche supplémentaire suite à un incident technique. A noter aussi la performance individuelle de l’une d’entre nous chaleureusement applaudie.

Ce vendredi 9 juin est notre dernier jour. A deux pas de l’hôtel, visite de la fromagerie de Seelisberg. Un vrai entrepreneur, fromager passionné et captivant, nous a donné les clés de sa réussite : une petite entreprise familiale, des producteurs de lait locaux bien rémunérés, une focalisation sur quelques variétés de fromages, des prix de vente plutôt élevés, le recyclage du petit lait pour l’alimentation des cochons…et la fougue du dirigeant maître fromager ! Les automobilistes reprennent la route et pour les autres : Urs nous attend dans le car. Déambulation en groupe dans Zurich, ses grandes avenues bruyantes, ses ruelles étroites et places plus calmes, la promenade le long des quais face aux maisons des corporations…et au passage des Porsche, Ferrari, Bentley, motos Honda de très haut de gamme !

Nous rentrons tous heureux d’un magnifique voyage, tant par le cadre, le programme, que par la convivialité qui s’est établie.
Suisse_2017-355.JPGSuisse_2017-358.JPG

Suisse_M_Ger_2017-024.JPG

Merci à tous les participants, à Michel pour ses magnifiques photos, à notre accompagnatrice Véronique, atypique, très attachante et soucieuse de notre satisfaction, aux chauffeurs de car pour leur professionnalisme et leur cordialité, et à l’agence La Cordée pour cette réalisation.

Jacques avait lancé cette opération ; il n’est plus là mais c’est une forme d’hommage que nous lui rendons en ayant fait de ce voyage un grand succès !